INSCRIPTION
CONNEXION
Derniers connectés :  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  
Partenaires de salsa, rock, tango, danse sportive, danse de salon...
Vous aimez danser ?  Trouvez des partenaires près de chez vous !
Ma question est dans le titre.
4 ans que je danse le tango argentin, mes premiers pas en somme. la tête pleine des rêves que cette danse me procure.
Mais ce qui me gêne le plus, c'est la volonté de certains danseurs et danseuses de faire de cette danse une danse d'élite, où la médiocrité n'a pas lieu d'être, où si on se contente d'un plaisir simple, on se sera jamais un bon tanguero ou une bonne tanguera, où si on ne fait pas des efforts acharnés pour progresser, autant aller vers des danses plus simples.
Qu'en pensez vous ?
Doit on absolument faire en sorte que notre pied soit posé au millimètre près ou peut on se contenter d'approximatif ? Doit on préférer la technique au plaisir ?
Quand on se rappelle d'où vient le tango, je trouve choquant qu'on cherche à le rendre impopulaire en le transformant en une danse ou tout le monde se doit de danser comme un maestro !!
C'est peut etre plus complexe que juste se dire que ce n'est qu'une affaire d'élitisme? (meme si certains, évidemment peuvent etre dans cette démarche mais ça reste une minorité).
C'est une histoire d'énergies compatibles ou pas (un ou une très bon(ne) partenaire peut etre génial pour une personne et beaucoup moins pour un autre). C'est aussi une quete de sensations rares et fortes. Plus on est précis plus des possibilités s'ouvrent et/ou des sensations naissent.
Par contre, ce que chacun cherchera à ne pas se faire esquinter par des mouvements de l'autre (trop de force, pas assez d'axe, et on commence à charger). Et dans cette danse à deux la qualité de l'abrazo pèse pour beaucoup sur le confort ou l'inconfort ressenti . On a moins ce genre de problème en salsa ou en blues, par exemple.
Il ne faut toutefois pas croire que la simplicité serait dédaignée. Un partenaire qui fait simple , mais qui est clair dans son guidage et surtout qui propose une interprétation musicale sera toujours préféré par une vraie danseuse à un type qui essaie de passer son catalogue de figures préfabriquées, aussi complexes soient elles. Sachant qu'une simple bonne qualité de marche n'est pas si aisée à acquérir.
Bref la question n'est pas de choisir entre la technique et le plaisir mais de mettre le premier au service du second! Et ça prend du temps et demande de l'opiniatreté.
Merci pour la réponse.
Je parlais surtout de la mentalité de certains "bons" danseurs qui semblent considérer que, tant que l'autre n'est pas à son niveau, il n'est pas intéressant (je parle aussi bien femme que homme).
Pour moi, le tango n'est pas une danse difficile. Justement parce qu'on peut le danser de manière très simple. Je sais qu'il faut du travail personnel pour améliorer sa marche, sa posture, son ressenti, le ressenti de l'autre, l'écoute de la musique, etc. Rien que l'énumération de tous ces points, lorsqu'on les met en avant brutalement, rend les choses difficiles. Pourtant, chaque chose prise unitairement devient simple. Et c'est vouloir qu'un débutant apprenne tout en même temps qui rend les choses difficiles. Dans ce cas, seuls certains en sont capables et ça revient à dire que cette danse n'est à la portée que de quelques uns.

J'ai une véritable passion pour cette danse qui me transporte en des lieux "célestes" ... et j'aime beaucoup, lorsque je le peux, transmettre un peu de ce que je comprends. Mais je ne cherche jamais à obtenir immédiatement la perfection. Et surtout, je ne me qualifie pas de "prof" !

Explique t on à un enfant, lorsqu'il commence à marcher, les notions d'équilibre, la manière de tenir son corps, la façon de poser les pieds, comment fonctionnent ses muscles et comment ça concours à maintenir son corps droit ? Pour moi, il en est de même pour les débuts dans la danse, et la perfection ne s'acquière qu'au fil du temps.

Donc, lorsque j'explique à quelqu'un quelque chose sur le tango, je le fais petit à petit, point par point, et la simplicité de l'explication suffit à mieux comprendre. Mais on voudrait que ceux qui débutent dansent immédiatement au niveau des meilleurs ... et ça, ça fait fuir beaucoup de débutants qui se rendent compte qu'ils n'arriveront pas à être au niveau de ce que veut l'enseignant.

L'impression que j'ai, c'est que ceux qui enseignent, souvent, ne se mettent pas à la portée de celui qui vient pour apprendre, mais veut que ce soit le contraire. au débutant de faire tout le travail nécessaire pour rester au niveau, quand bien même il n'y réussit pas. Il n'y a pas la pédagogie qui va pousser l'autre à se surpasser. Et à cause de ça, on voit nombre de débutants disparaître au fil des mois pour se lancer dans une danse "plus facile" ... Le plaisir n'est pas au rendez vous, juste la technique ...
Je ne sais pas comment vos professeurs de tango donnent cours. Mais ce dont je suis certain, c’est que, simplement d’un bête point de vue financier, ils font probablement tout ce qu’ils peuvent pour garder l’intérêt de leurs débutants. J’ai donc tendance à croire qu’ils cherchent constamment la pédagogie la plus adaptée à leur public.

Je crois simplement qu’il y a deux réalités dont il faut tenir compte:

- Pour quasiment toute nouvelle activité, il y a un taux d’abandon élevé parmi les débutants.

- Le tango est vraiment une danse difficile. Il faut vraiment s’accrocher au début, surtout pour les mecs. Dès qu’on commence à guider des ochos par exemple, on doit apprendre à jongler entre système croisé et système parallèle. Rien que ça, ce n’est pas un apprentissage qui vient tout seul. Et les ochos, ça s’apprend déjà dans les premières semaines normalement. Il m’a fallu un an à un an et demi pour arriver à un minimum d’aisance, et je crois que je suis assez représentatif.
Je ne suis pas d'accord, mais c'est mon point de vue.

La difficulté vient du fait qu'on voudrait tout savoir sans prendre le temps de l'apprrendre.
Apprendre des ochos dans les première semaines est déjà une manière de rendre les choses difficiles. Parce qu'on se sait pas encore ce qu'est la connection, où en est le corps de sa partenaire, comment tenir l'abrazo, etc ... c'est la multitude des éléments qui multiplie la difficulté. Chaque chose prise individuellement est pourtant simple.

Mais, et là, je rejoins ceux qui le pensent :
"Les débutants veulent aller dans le cours intermédiaire,
Les Intermédiaires regardent vers les avancés ...
Et les avancés reprennent les fondamentaux !!"

Mais, je n'ai connu aucun débutant capable de prendre le temps, ni même d'en avoir envie.
On a tous regardé des démos, en se disant qu'on voudrait faire pareil. Or, ceux qui dansent le fot souvent depuis des années et, contrairement à nous, le font régulièrement tous les jours ...

Un danseur professionnel est venu un jour nous voir.
Un des anciens lui a demandé depuis combien de temps il dansait. Et sa réponse : 3 ans.
Sauf que c'était 7 jours sur 7, et plus souvent 8 heures par jour, alors qu'on ne passe souvent qu'une heure et 1/2 une fois par semaine. Le compte a été vite fait, son expérience était plus importante, parce que régulière, intense

Je danse presque tous les jours, dès que j'écoute de la musique, et j'ai la chance de pouvoir imaginer la danseuse dans mes bras. J'ai, grâce à ça, fait plus de progrés que certains débutants qui, lorsqu'on le leur demande, nous disent qu'ils ne travaillent que lorsqu'ils viennent en cours ou vont dans les bals (parfois).

C'est vrai que, lors de ma première année, j'ai trouvé le tango difficile. Mais l'enseignant, que je respecte tout à fait, me voyant très intéressé et semble t il plus habile que d'autres, m'en montrait plus qu'aux autres ... et je finissais par me mélanger les pinceaux ... parce que je n'arrivais pas à tout retenir, voire tout se brouillait.

Si on simplifie les cours, tout devient facile. Mais il faut faire le choix de prendre le temps.
Souvent, les débutants viennent, non pas apprendre le tango, mais faire une activité distractive, et voudrait déjà savoir danser avant d'avoir appris. je ne pense pas que ce soit la bonne solution.
Mais les enseignants ne se posent pas la question de savoir qui veut vraiment apprendre le tango. Alors, la danse devient difficile, par manque de temps.
Pensez à vous connecter si vous êtes inscrit.
La recherche par ville et distance est réservée aux inscrits
ayant activé leur compte.