INSCRIPTION
CONNEXION
Partenaires de salsa, rock, tango, danse sportive, danse de salon...
Vous aimez danser ?  Trouvez des partenaires près de chez vous !
Bonjour

Mon expérience en Pratica et Milongas

A 63 ans j'ai commencé mon apprentissage en tango argentin, une première, je n'ai jamais dansé de toute ma vie.

Pas facile d'apprendre, de trouver des partenaires pour pratiquer, tout en sachant que danser sur le tempo n'est pas facile au début ( je ne compte plus les réflexions " fais ce que tu sais faire et sur le temps " ).

Au début on s'applique sur ses pas et l'on écoute pas forcément la musique et les cavalières n'aiment pas faire de la gymnastique sur la piste avec vous ( elles ont la mémoire courte, elles ont été débutantes â un moment de leur vie ).

En ce qui me concerne, j'ai dansé sur le tempo au bout de 3 mois, le vendredi je n'étais pas sur le temps, le samedi achat d'un métronome et le dimanche je dansais sur le temps.

Alors moi, pour apprendre en toute sérénité et éviter ces réflexion désagréables, au bout de 2 mois d'apprentissage j'ai pris une répétitrice rémunérée, une " bonne " danseuse que je rémunère 40 € de l'heure, autant que mon maestro, â ce tarif elle est aux petits soins avec moi.

Bon avec 40 heures particulières dans cette année et ma répétitrice, ça fait l'année de tango à 4000 €.

Cher l'année ( quand on aime on ne compte pas ), mais les résultats sont là et pas de pression pour aller danser en Milonga.

J'ai pris du recul et puis avec l'expérience ( petite ) on s'aperçoit que si l'on reste humble et poli tout se passe bien, et pour celles qui ne " m'aiment " pas, je prends un malin plaisir à les inviter ( un peu provocateur je suis ), elle ne refusent jamais.

Je me rends compte que sur la piste de danse il y a de tout, celles et ceux qui se la " pète " et les autres, alors ne faisons pas attention à ce qu'ils pensent être ( au dessus des autres ) et faisons les redescendre sur terre parmi nous en les invitant à danser comme si de rien était, elles ne refusent jamais, cela ne se fait pas.

 l'abrazo je dis toujours à ma cavalière que je suis débutant ( un debutant avancé par rapport à certains, mais debutant quand même ), elles sont toujours étonnées de mon tango " modeste " mais varié et sur, le résultat de 40 heures particulières et de 40 heures de répétition avec ma cavalière préférée sans oublier 3 heures de cours par semaines et beaucoup de travail personnel.

En conclusion, je dirai soyons fort et sûr de nous, mais si dans notre fort intérieur on ne l'est pas, mais ne le montrons pas et tout se passera bien en Pratica et Milonga.
@estrellita
j'ai ete a un week-end de congres salsa/bachata. les cours de bachata c'etait toujours de la bachata sensual, comme la vague collés l'un contre l'autre, deja un peu plus osé
en ce moment on enseigne que ca, mais on peut le deplorer
bonjour
Apprentidanseur!!!!!dans ton parcours ,je me retrouve,
4mois le 10mai que j'ai commencé les cours particuliers a 15eu le coura raison de 2 cours par semaine.
avec mon prof tout se passe bien et je m'eclate......... mais je n'ai pas de partenaire!!!!!alors et la dificultée se presente me laisse une frustration . je fréquente quand meme les milongas je commence des cours collectifs je voudrai bien trouver un partenaire attitre merci pour tes conseils et ta bienveillance
pour les debutants
mariane
Bonjour "Apprentidanseur", je voulais vous envoyer un message privé mais apparemment c'est impossible (votre identifiant ne s'active pas). Je suis donc obligé de publier mon message ici et vous prie (et autres forumeurs/euses) de bien vouloir accepter mes excuses.

Je vous comprends parfaitement et j'aimerais beaucoup pouvoir avoir une répétitrice comme la vôtre. Serait-t-elle encore disponible pour d'autres danseurs que vous même ou bien, dans la négative, pourriez-vous ou votre répétitrice me conseiller une autre répétitrice comme la vôtre ? (j'assume, peut-être à tort, que vous êtes tous les deux à Paris comme moi-même).

Cordiales salutations tangueras.
bonjour j'apprécie ton message moi je suis a bordeaux
et il me faut beaucoup de volonté pour continuer car dans les milongas les partenaires hommes ne regardent pas les debutantes
donc j'ai décidé d'arréter les milongas
dommage que l'on soit si loin
cordialement mariane
Coucou Mariane,

Je ne suis pas sûr à 100% de si ton message s'adresse à moi (le dernier post avant le tien) ou a quelqu'un d'autre. Néanmoins je me permets de te répondre, car le sujet des non-invitations dans telle ou telle danse revient régulièrement, et donc ça intéresse potentiellement tout le monde. Je vais me limiter à te donner mes "2 cents", comme disent les Ricains. Il me semble que les non-invitations récurrentes, en ce qui concerne le tango (je ne connais pas les codes sociaux des autres danses), soit le fruit de 2 problèmes:

- le premier problème est, comme tu l'as dit, que les partenaires hommes ne regardent pas les débutantes (peut-être est-ce spécifique à Bordeaux ?).

Soit rassurée qu'il s'agit d'une petite minorité (à Paris en tout cas). En général, nous sommes plusieurs hommes pour chaque femme (dans les milongas parisiennes que je fréquente en tout cas). Nous devons nous battre entre nous (au figuré) pour avoir une chance de danser avec quelqu'un. Personnellement, je préfère et de très loin danser avec les débutantes parce que, dans ma conception (à tort ou à raison, mais c'est un autre débat), si je suis si avancé que ça, mon guidage devrait être tellement bon que je pourrais bien faire danser les débutantes, même si elles ne connaissent pas les pas/figures. Les débutantes sont tout à fait "vierges" des trucs et astuces que les autres ont déjà apprises ; et par conséquent (selon moi) les débutantes sont censées répondre avec beaucoup plus d'honnêteté à mes erreurs (m'aidant ainsi à me corriger et à m'améliorer) que les non-débutantes; qui pour beaucoup, en cas d'erreur de ma part, le rattrapent même sans faire exprès (du coup je me rends moins bien compte si j'ai fait des erreurs). Je ne dois pas être le seul tanguero à voir les choses comme ça, j'imagine ?

Mais aussi et en même temps, je me permets de te signaler que l'inverse est vrai : beaucoup de danseuses confirmées se font un point de "honneur" à ne jamais danser avec des danseurs débutants ou pas au niveaux de leurs Gracieuses Majestées Arrabalères. Elles te fusillent du regard et tu sais qu'il faudrait que tu sois la réincarnation du Cachafaz pour pouvoir avoir une chance de danser avec elles. Peut-être que ces hommes-là ne sont pas du tout les goujats que l'on voudrait croire, et qu'ils ne font qu'imiter ce que certaines femmes nous font dans les bals et qu'ils ont subi. On vous rend la pareille, c'est tout. (Suite).
Recoucou Mariane, voici la suite de mon post précédent (pour manque d'espace).

- le deuxième problème est un problème de mauvaise compréhension des codes du tango par les hommes ET par les femmes. Très concrètement, le fait de ne pas savoir (ou vouloir) se servir du cabeceo. Je m'explique.

Petit a)
Selon la plupart des forums et sites consacrés au tango (en différentes langues, donc cultures, je précise), pour qu'il y ait invitation, il faut d'abord que l'homme use le cabeceo (invitation muette par jeu de regards) pour attirer l'attention de la femme. Mais il faut encore que la femme connaisse au moins le cabeceo, et c'est là que les problèmes commencent. Si la femme ne comprend pas ce que c'est le cabeceo, l'homme pratiquant le cabeceo aura beau loucher et s'esquinter les yeux, elle ne pigera pas. Il faut donc traverser les 5 ou 10 mètres (qui se transforment en kilomètres), se planter carrément devant elle et lui dire très clairement "Est-ce que je peux vous inviter". Ô, puissant et noble McLeod, combien de douches des Highlands vous déversâtes sur nos pôv' têtes parichiennes ... Comme bcp d'autres tangueros, j'ai été rembarré très sèchement pas mal de fois. En plus, je suis pathologiquement timide, je dépends (vraiment) du cabeceo.

Et justement, je remarque que les femmes elles regardent la piste (et donc les danseurs qui vont sortir) au lieu de regarder, ne serait-ce que de temps en temps, le petit troupeau de tangueros qui attendons impatiemment d'accrocher leurs regards. Sans regards d'elles envers nous, le cabeceo ne peut pas prendre vie, justement.

Petit b)
Mais c'est encore un chouïa plus vicieux que ça : le cabeceo ce n'est pas QUE le jeu de regards. Il faut que la dame en question soit dans l'espace d'entrée à la piste (signifiant par là qu'elle veut danser et que n'attend que nos invitations). Si elle est ailleurs (genre au buffet ou à la banquette d'où l'on regarde bien pour ne pas être débout), en ce que me concerne je n'ai absolument pas le "droit" de venir l'importuner avec des invitations, alors même que le simple fait qu'elle ne soit pas à l'entrée m'indique qu'elle n'est pas du tout disponible pour l'instant. Je sais très bien que c'est comme ça en Argentine, mais à Paris mes "rivaux", et néanmoins collègues, tangueros, ne font pas de cas de ça et pour certains ils vont les dénicher jusque dans les toilettes s'il le faut (et ils font très bien... eux, ils dansent bcp plus que moi !). (Suite).
merci pour ton cours de cabeceo personne ne m'en a parler
demain je pose la question a mon prof "homme"
je ne danse que avec lui ça se passe bien
dés que je suis avec un autre partenaire rien ne va et je suis tétanisée j'oublie tout
a bordeaux il y a un homme pour deux femmes dans les milongas
Re-recoucou Mariane,

Petit c)
Résultat des courses : même dans les milongas consacrés aux débutant(e)s et aux timides, les tangueros sont obligés trop souvent de se passer de cabeceos et d'aller courir chercher leurs danseuses, avant qu'un autre tanguero n'enlève la tanguera qu'ils visaient initialement. Ils auront donc tout naturellement tendance à aller chercher les tangueras qu'ils connaissent déjà (cela réduit, sans les éliminer, les risques de refus). Je ne vais pas nier le fait que si tu es tanguera débutante mais jeune et jolie, tu auras bcp plus de chances qu'une autre qui le serait un tantinet moins. Sache que l'inverse est tout aussi vrai : des tangueras refusent de danser avec des tangueros qui ont atteint un âge respectable ou qui n'ont pas une tête d'Apollon (et le corps qui va avec, bien entendu).

C'est là que je pense que la solution serait (peut-être ?) que c'est en quelque sorte d'une part la bonne conduite de la tanguera débutante de s'annoncer en tant que telle aux organisateurs/DJs, afin que, d'autre part, ceux-ci (qui connaissent tout le monde) aient, comme le voudraient (veulent ?) les codes du tango, la courtoisie et la politesse (noter l'ordre) de (très discrètement ?) indiquer aux tangueros confirmés que Mademoiselle ou Madame ici présente, débutante, aimerait bien s'intégrer à notre communauté bigarrée ; et que pour cela, noblesse arrabalère et compadrita oblige, il faut qu'ils l'invitent danser (tout comme eux-mêmes ont été débutants un jour) : comme ça, la nouvelle tanguera est en quelque sorte "adoubée" par les tangueros confirmés (que les tangueras confirmées vont illico récupérer après la tanda, soyons honnêtes) ; ce qui à son tour donnerait le signe aux autres tangueros que ça y est, "la nouvelle" ayant eu son (ses !) tours de piste aux bras de ceux Messieurs et étant pour ainsi dire "dépucelée", la piétaille avons le droit de l'inviter à notre tour. C'est ma vision, je pense que si en fait ça se faisait, les organisateurs/DJs joueraient plutôt les Tinder interposés pour "caser" les débutantes avec les débutants (ce qui peut marcher très bien aussi, car tjrs aussi bénéf' pour tous les deux).

Toussa, toussa pour dire qu'il y encore plein de tangueros sous-utilisés (confirmés ou pas du tout) qui aimeraient bien danser avec des débutantes, mais qu'un rien suffit pour que la rencontre n'ait pas du tout lieu à cause d'un très malheureux et très involontaire concours de circonstances, la faute à personne, quoi. (Suite).
(Suite et fin, je promets de ne plus revenir pendant un mois, et je viens de lire tes 2 post entre-temps).

La semaine dernière, vu qu'aucune tanguera semblait être intéressée par danser ni avec votre fieffé serviteur içi présent ni avec les autres fieffés (nous étions 6 hommes à attendre qu'au moins une des 9 femmes disponibles regardent dans notre direction) ; un mec m'a invité à danser avec lui avec "comme elles ne veulent pas danser avec nous, est-ce que ça vous dirait de danser tous les deux" ?. Bien sûr que d'abord je n'ai pas pu m'empêcher de craindre qu'il pensait à autre chose (l'autre chose) ; mais, puisque en fin de compte le tango se dansait initialement entre hommes, et que les gauchos et compadritos étaient connus par leur machisme, je me suis dit "bon, je vais le prendre comme ça, "comme aux origines du tango", et qu'en passant ça leur fera peut-être petite claque tanguera amicale à ces tangueras que nous ignoraient (ou semblaient le faire)". Foi de portègne de Caballito (si elle vaut qqch), non seulement il m'a fait très bien danser (on a alterné les rôles), en plus il est tellement bon tanguero (il donne de cours à l'occasion) qu'à mon corps défendant ça m'a donné envie de re-danser avec lui (chose que j'ai dit à une tanguera avec qui j'avais rencard qqs jours plus tard).

Donc, **ne te décourage surtout pas**, des malentendus et des ratages il y en a plein dans toutes les milongas du monde. Tu n'a pas eu de chance jusqu'à présent, c'est vrai ; mais ça ira bcp, bcp mieux dans qqs jours ou à tout casser dans 2 semaines. Moi aussi je me tétanise et oublie tout quand j'ai une danseuse meilleure que moi. Nous sommes bcp, hommes et femmes, dans cette situation. Mais sache qu'à Bordeaux, des tangueros qui ne te connaissent pas encore t'attendent avec impatience. Et si jamais tu montais à Paris (vacances, visite familiale, manifs, blème administratif), c'est avec un très grand plaisir que je danserais plusieurs tandas avec toi. Et je te jure par Gardel que n'ouvre jamais ma bouche quand je danse, contrairement à ce que cette logorrhée pourrait faire croire.

Regarde sur YouTube des vidéos tango à propos du cabeceo (c'est juste une suggestion), juste pour te laisser imprégner encore un petit peu plus de l'esprit tango et, même si bien sûr ce n'est pas courant (malheureusement), n'hésite pas à avoir l'initiative de l'invite (beaucoup d'hommes timides te seront très reconnaissants). Tu seras une tueuse dans qqs mois ! =)

(La Fin, enfin !)
merci tu es trop "mignon" une confidence chut!!!!!!!je suis une débutante de 78 ans!!!!!!!!!!
lol!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!a plus un bel abraso
mariane
Chère Mariane,

Peut-être tu ne vas pas me croire jusqu'à ce que tu le vois de tes yeux, mais je danse souvent avec des dames dans ton âge ou pas loin ; car mes collègues tangueros "monopolisent" les jeunes & jolies (et comment leur en vouloir, puisque je voudrais faire pareil mais que je n'ose pas ... Ils sont bcp plus réactifs que moi, tant pis pour ma gueule).

J'ai dansé souvent avec une dame japonaise très âgée, et même voûtée, qui, lorsque je l'ai vue danser avec des très bons danseurs, m'a épaté au point de penser qu'elle ferait une très bonne impression lors d'une émission "La France a un incroyable talent" ou qqch dans le genre ; tellement les voleos, ganchos, enrosques et tutti quanti qu'elle fait feraient l'envie de n'importe quelle danseuse confirmée.

Le 25/05 (jour de l'indépendance argentine) sortira en salles le film "Ultimo Tango" (le Dernier tango, http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=240262.html ), qui rend hommage à 2 vaches vraiment sacrées, et toujours vivantes, du tango argentin (Juan Carlos Copes, 83 ans et María Nieves Riego, 80 ans). Ils se sont farouchement aimés, puis quittés, tout en continuant à danser ensemble pendant des années. Après ils n'ont plus dansé ensemble et il a fallu des années et des années pour parvenir à leur faire danser ensemble une nouvelle fois pour les besoins du film. Les djeunes de 40 quelques et moins n'avons qu'à observer un profond et respectueux silence et tâcher d'apprendre.

Tiens, l'occasion fait le larron et il faut battre le fer tandis qu'il est chaud : je serai dans le Sud-Ouest du 28/05 au 18/05, et j'ai vu sur tango-argentin.fr qu'il y aura 3 milongas pendant ces dates à Saintes et à Cognac (cliquer, dans la colonne à gauche avec les régions, celle de Poitou-Charentes, presque tout en bas) : si le cœur t'en dit et que les pieds te démangent, on pourrait se retrouver là-bas. (J'avais décidé cela en amont de mon séjour car, en plus d'assouvir mon besoin, cela me permettra de découvrir d'autres milongas que les parisiennes, peut-être ils sont plus sympas là-bas que nous ne le sommes ici). Lien --> http://tango-argentin.fr/poitou-charentes.html

Cordiales saludos y abrazos tangueros, je t'ai déjà noté sur mon carnet pour quand tu monteras à Paris à l'occasion.

PS : au cas où, ne prends pas pour argent comptant tout ce que j'ai dit ici au sujet du cabeceo, c'est ma vision à moi et sans doute plein de gens pensent autrement avec leur plein de bonnes raisons. Buenas noches!
Je ne connais rien au Tango mais j'ai vu la bande annonce de ce film et j'avoue que j'ai très envie d'aller le voir!! je suis sûre que j'aurai envie de m'y mettre une fois que je l'aurai vu....l'année prochaine sûrement.

@mariane il n'y a pas d'âge pour danser....je suis jeune mais j'aime bcp danser avec des danseurs plus âgés (même s'ils sont rares en salsa/bachata) ils ont souvent une façon de guider, une posture différente des jeunes qui rend la danse très agréable...et souvent ils sont plus dans le ressenti et la connexion que dans la performance et l'exibition
bonsoir
sur ce site je n'ai pas encore trouvé de partenaire de danse!!!!!!
mais un partenaire de prose merveilleusement sympa je l'adore
cabalito vient a bordeaux el trompito et milonga lindo et les autres seront ravies de ta visite
mariane
Pensez à vous connecter si vous êtes inscrit.
La recherche par ville et distance est réservée aux inscrits
ayant activé leur compte.